Formation Du désir de film à l’intention Appel à candidatures

Nouvelle deadline : Vous avez jusqu’au 16 décembre pour envoyer votre candidature.
Nouvelles dates : 20 au 24 janvier // 27 au 31 janvier // 17 au 21 février 2020

La note d’intention est primordiale en documentaire.
Elle doit convaincre, séduire, rassurer sur la viabilité du projet. Outil essentiel dans la construction d’un film documentaire, elle permet de passer du désir de film à une définition concrète de la recherche de l’auteur ou l’autrice. C’est à partir d’elle que le film pourra s’imaginer, se dérouler.

Sa rédaction est une étape difficile dans le processus d’écriture car elle oblige l’auteur ou l’autrice à creuser au plus profond son désir de film pour affirmer son point de vue.

Aujourd’hui, beaucoup d’auteurs et d’autrices ont déjà filmé lors de repérages.
Le fait de tourner avant que le film ne soit vraiment circonscrit peut permettre à l’auteur, à l’autrice de mieux cerner son point de vue, de faire ressortir son intention. Par ailleurs, le tournage d’un documentaire rime souvent avec imprévus et surprises. L’étape du montage s’avère alors être une nouvelle phase d’écriture à part entière, une véritable narration qui donne au film une cohérence, un rythme et une unité visuelle.

Écriture et montage sont donc intrinsèquement liés dès l’élaboration du récit. L’auteur ou l’autrice doit pouvoir anticiper un réel qui n’a pas encore eu lieu. Le travail d’écriture de la note d’intention à partir de rushes de repérages devient alors un moyen de prendre du recul sur le sujet du film, de se poser des questions, de donner de l’épaisseur, de la maturité au projet.

Cette formation permettra aux stagiaires de se saisir des outils nécessaires à l’écriture d’une note d’intention et de faire naître une première matière cinématographique à partir de leurs images tournées lors de repérages.

Dates

Du 20 au 24 janvier 2020
Du 27 au 31 janvier 2020
Du 17 au 21 février 2020
Les stagiaires devront arriver dès le dimanche soir sur le lieu de formation.

Public

La formation est ouverte à 8 auteur·trices, réalisateur·rices et professionnel·les de l’audiovisuel et du cinéma ayant un projet de documentaire de création.

Lieu

Maison des auteurs de Ty Films, Mellionnec (22). Les participant·es sont hébergé·es dans le bourg du village (gîte ou chambre chez l’habitant).

Durée et horaires

3 sessions de 5 jours / 120 heures
9h - 13h / 14h - 18h

Coût pédagogique

4800 euros HT par participant·e. Le coût pédagogique peut être pris en charge par l’Afdas, l’Agessa, Pôle emploi, sous certaines conditions. Contactez-nous pour connaitre les démarches à suivre.

Pour candidater

L’admission à la formation est faite après étude des dossiers de candidature dans la limite des places disponibles.
Les pièces à fournir :
-  Lettre d’intérêt pour la formation
-  CV du réalisateur·trice
-  Un résumé du projet
-  Une première note d’intention d’où devra se dégager un vrai désir de film
-  Images de repérages, vidéos et / ou photos (1h30 maximum)
-  Formulaire de pré-inscription (vous pouvez le télécharger ci-dessous et l’envoyer dès à présent)

Formulaire

Ces documents devront être adressés par mail à Elise Demarbre AVANT LE 16 DÉCEMBRE 2019 : formations@tyfilms.fr / 09 53 70 76 56

Comment financer sa formation ?

Pôle emploi
Si vous êtes demandeur·euse d’emploi, Pôle emploi peut financer votre formation dans certains cas. Contactez-nous pour connaître la démarche à suivre.

AFDAS
Si vous êtes intermittent·e ou salarié·e des secteurs audiovisuels, spectacle vivant ou journalisme, l’AFDAS peut financer votre formation. Il s’agit de votre organisme paritaire collecteur agréé par l’Etat pour collecter les contributions formation des employeurs de la culture, de la communication, des médias et des loisirs. Ces contributions sont utilisées pour financer des actions de formation et de professionnalisation.
Vous trouverez sur le site de l’Afdas les informations utiles sur les modes de prise en charge et le calcul de vos droits à la formation : www.afdas.com
Vous pouvez également prendre contact avec la délégation Ouest de l’AFDAS pour demander à faire étudier votre situation :
Afdas – Délégation Ouest
(Bretagne, Pays-de-la-Loire, Basse-Normandie)
227, rue de Châteaugiron – 35000 Rennes
Tél : 02 23 21 12 60

Formatrices

Anne Paschetta, Scénariste

 Lire le CV

Après une double maîtrise de philosophie et de Français Langue ÉtrangÈre, suivi d’un Master en Echanges Interculturels, elle enseigne le français à Rome et à Cochin (Inde du sud) où elle est responsable de l’action culturelle. Elle est ensuite chargée de production pour la compagnie théâtrale Les Ateliers du spectacle de Jean-Pierre Larroche puis dramaturge pour différents metteurs en scène.
Elle s’initie à l’écriture documentaire en suivant une formation à l’INA et en travaillant comme coauteur avec Namir Abdel Messeeh pour son premier long métrage documentaire, La vierge, les coptes et moi . Elle accompagne depuis de nombreux réalisateurs et a co écrit six longs métrages documentaires sortis en salle (cinq d’entre eux ayant obtenu l’Avance sur recettes, premier ou deuxième collège), La vierge, les coptes et moi de Namir Abdel Messeeh, Salto mortale de Guillaume Kozakiewiez, À ciel ouvert de Mariana Otero, Une jeunesse allemande de Jean-Gabriel Périot. Ainsi que les prochains longs métrages d’animation d’Alain Ughetto, « Mano d’opera » (Avance sur recette avril 2016) et de Simone Massi, « trois enfances » (Avance sur recettes juillet 2018).
Engagée dans le partage de ses expériences et l’accompagnement de nouveaux auteurs, elle a enseigné l’écriture documentaire dans le cadre du Master documentaire de l’Université de Poitiers pendant 2 ans, et participe à des formations et des résidences d’écriture pour Ciclic et Ty films (Mellionnec). Elle accompagne l’écriture de projets documentaires à Vidéadoc depuis octobre 2010.

Marie-Pomme Carteret, Monteuse

 Lire le CV

Après avoir étudié le son à l’école Nationale Louis Lumière (1979-80), elle travaille comme monteuse son sur divers longs-métrages, entre autres, Le Banquet de Marco Ferreri. Paralleèlement, elle monte des courts et moyens- métrages en 16 et 35mm.
En 1985, elle monte son premier long-métrage de fiction et découvre quelques années plus tard, simultanément à l’arrivée de la vidéo, la richesse et la liberté qu’offre le documentaire au montage.
De 1990 à 1993 son parcours croise celui d’Alain Cavalier avec le montage de plusieurs de ses Portraits de femmes et Libera me, dont elle fait également la prise de son.
Depuis, elle oriente principalement son travail vers le documentaire de création.

Federico Rossin, programmateur et critique du cinéma, Valentine Roulet, chef du Service de la création à la Direction de la création des territoires et des publics du CNC, ainsi qu’un producteur, interviendront également pendant la formation.

Téléchargez le programme pédagogique complet de la formation ici