Pause doc

Un café avec Jeremy Perrin et Hélène Robert cinéastes

Les deux cinéastes lyonnais n’en sont pas à leur première fois à la résidence de Ty Films. En 2012, ils passent une semaine à Mellionnec pour préparer leur intervention aux Etats Généraux de Lussas autour de leur premier film « A Praga ». Déjà dans ce premier travail, documentaire et fiction se rencontrent.

Cette fois, c’est dans le cadre de la bourse à l’écriture du Conseil Général des Côtes d’Armor qu’ils sont venus travailler à Ty Films. L’objectif : développer une dramaturgie, écrire un scénario qui glisse vers la fiction, et sortir du documentaire pur. Gaëlle Douël, réalisatrice et scénariste, est là pour les épauler tout au long de la semaine, elle apporte la méthode et les outils d’écriture nécessaires à l’élaboration du scénario.

Le film, c’est l’histoire d’une chasse où l’animal poursuivi n’est peut-être que l’ombre de celui qui le poursuit.

Un vieux sanglier sanguinaire terrorise le village de Campile en Haute-Corse. Gérard “le Breton” part à sa recherche avec son ami Anthony, héros au sang chaud. Au cours de cette chasse fabuleuse, le destin de l’homme et de la bête vont se mêler. Poussé par ses instincts, Gérard agit en homme libre et s’affranchit alors d’une vie trop ordinaire. De la forêt celte au maquis corse, ces portraits de chasses nous regardent, car l’animal solitaire porte en lui d’autres mondes.

« Travailler la cohérence de l’histoire, débloquer des points pour répondre à des questions de cinéma : comment est-ce qu’on raconte une histoire ? Et comment les images vont-elles donner des clés aux spectateurs ? », c’est ce à quoi souhaitent répondre Jérémy et Hélène cette semaine.
Ce travail d’écriture les aidera pour le tournage à être attentifs aux éléments qui serviront le récit.

La suite ?
« On revient en mars pour monter, avec Marie-Pomme Carteret, un teaser d’environ 5 minutes qui dévoilera l’intrigue, l’atmosphère et l’univers plastique du film » explique Hélène.

Au total, la résidence se déroule sur 4 semaines réparties sur l’année. Il restera donc deux semaines qui serviront aux auteurs, toujours accompagnés de Gaëlle Douël à élaborer un dossier complet pour le présenter aux financeurs.

Ces 4 semaines sont des fondations. Celles sur lesquelles vont se bâtir toutes les étapes du film à venir : demandes de financements, tournage, montage et postproduction. C’est le début d’une longue aventure qui aboutira à un film de 90 minutes qui devrait sortir en salle en 2016.

Corentin Le Nedic, 16/02/2015