Pause doc

Yvette, la clef des champs Un film de Cyril Andres, 2016, 17’

Cyril Andres a d’abord travaillé comme photographe avant de se tourner vers le cinéma documentaire. C’est notamment sa pratique du portrait qui l’a conduit à s’interroger sur son positionnement artistique et son rapport à l’autre. Autodidacte, il décide de suivre un cycle universitaire en philosophie, puis en sociologie. Aujourd’hui, il réalise son rêve d’enfance, celui de raconter des histoires grâce au cinéma. C’est en écrivant son premier long métrage documentaire dont l’intrigue se déroule dans les catacombes de Paris qu’il rencontre l’équipe de Ty films à Mellionnec.

Résumé :
Yvette vit dans la maison où elle a vu le jour en 1928. Yvette ne s’arrête jamais, elle cueille des fleurs pour un pardon, retrouve ses amis à la messe, se rend à un chapelet, toujours au volant de sa voiture. Une vie qui semble rythmée par l’organisation des évènements religieux. A travers le témoignage d’Yvette, le réalisateur nous conduit dans un passé où l’Eglise prenait une place importante dans l’éducation des jeunes filles. Un temps où la vie était essentiellement tournée vers la famille et le travail, et qui ne laissait aucun place pour les voyages ou l’évasion. La caméra s’attarde sur les regards d’Yvette, sur ses sourires presque volés, mais aussi sur ses coups de grogne qui témoignent de la naissance d’une complicité avec le réalisateur. Ce film rend hommage à la pudeur d’une femme à qui l’on a appris qu’il fallait sans cesse aller de l’avant sans jamais regarder derrière soi.